Mon fils tape

25 novembre 2020 0 Par Mamanfaitdesonmieux

Je ne supporte pas la violence.

Je suis très sensible à l’inégalité homme/femme. J’ai un garçon et une fille… Quelle éducation, quel modèle offrir à mes enfants pour qu’ils soient dans l’entraide et le respect des autres, de tous les autres, humains, animaux, végétaux. Je me trouve sévère mais en pensant long terme, je me prends un peu la tête et cadre beaucoup. Ce sont des valeurs importantes en mon sens pour un mieux vivre ensemble.

Mon fils à 5 ans. Il a commencé à taper sa cousine (un an de plus que lui) et sa petite sœur (2 ans de moins), mais pas ses 2 cousins plus âgés et plus fort, pendant le confinement (printemps 2020). Avant cette épisode, une petite fille était venue me trouver dans le parc pour m’annoncer / m’apprendre que mon fils la tapait.


Il ne tapait donc que les filles qui n’avaient pas trop l’air de se défendre. 
Je lui ai, à plusieurs reprises, plus ou moins calmement, expliqué que son comportement était inacceptable et qu’il n’avait pas intérêt à recommencer. 


Un jour dans le parc, alors qu’il jouait avec un petit enfant de son âge qu’il ne connaissait pas encore, j’ai entendu cet enfant dire que « les filles c’est nul ». Ma fille, la petite sœur donc, n’était pas loin et avait sûrement entendu.
Je me suis retenue d’intervenir et j’ai pris le temps de la réflexion. 
Le  lendemain matin j’ai rappelé cet incident à mon fils et lui ai expliqué que les petites filles deviennent des femmes et que certaines femmes deviennent des mamans. Et que les mamans sont formidables car ce sont elles qui font les enfants (toutes les femmes et hommes sont formidables, hein ;o). Et que d’être une fille ou un garçon, dans les deux cas c’est chouette. Je lui ai dit aussi que quand un enfant disait que les filles étaient nulles et que sa sœur est à côté et que lui ne disait rien, ça pouvaitt blesser sa petite sœur.


Mon fils est petit mais justement, les prises de conscience vont se faire avec le temps et en ne laissant pas passer ce genre d’incident. C’est pas comme si nous vivions encore dans une société égalitaire…


Passé plusieurs mois, j’apprends par l’école que mon fils s’organise avec sa bande de copains pour taper le nouveau, qui fait des bêtises. 
Je recommence la leçon de morale sur l’interdiction de taper les autres, de faire du mal à autrui, de faire attention aux autres et peu importe d’où ils viennent et qui ils sont. Je lui rappelle qu’il a été tapé, lui, lors de sa première année à l’école maternelle alors qu’il était le seul à être un TPS (toute petite section). Je lui dis que ça m’étonne qu’il puisse taper quelqu’un en sachant ce que c’est que d’être tapé. Je lui rappelle également que la rentrée prochaine il va faire son entrée à l’école primaire et que, de ce fait, il va être un petit et que je lui souhaite de ne pas être pris pour le souffre-douleur de l’école. Il m’a rétorqué d’un air colérique que de toute façon il courait vite. Je lui ai alors demandé de sentir ce que ça faisait dans son cœur de s’imaginer être tapé de nouveau, dans une nouvelle école, et de ne pas avoir de copain dans cette nouvelle école. Il a changé de tête.

Je lui demande aussi ce qu’il ferait s’il voyait quelqu’un se faire taper. Il ne savait pas. Je lui ai expliqué le besoin d’aider ceux qui se font battre ou embêter, en allant chercher un adulte s’il pensait que de s’opposer ne suffirait pas.


Au bout de 3 jours, mon fils m’informe qu’il ne tape plus. Je lui rétorque que c’est bien, bien d’avoir changé de comportement car ne pas taper est normal. Il est interdit de taper…